Thibaud Varis a été ordonné diacre en vue du sacerdoce le 14 juin au Sanctuaire Notre-Dame du Laus. Il est nommé à la paroisse d’Embrun pour son année pastorale.

#Replay Vidéo

#Replay Photos

20200617 ORDINATION DIAC T VARIS

#Replay Homélie

Homélie de Monseigneur Xavier Malle

« Me voici. » Par ces deux mots, vous venez de professer devant Dieu et devant toute l’assemblée, votre disposition, votre engagement personnel à servir Dieu et son peuple.

J’ai en quelque sorte ratifié votre résolution: « Avec l’aide du Seigneur Jésus Christ, notre Dieu et notre Sauveur, nous choisissons notre frère Thibaud pour l’ordre des diacres. » 

Dans quelques instants, à 5 reprises, vous répéterez « oui, je le veux. » et la 5ème fois, pour bien montrer que seul vous n’y arriverez pas, vous allez ajouter : « Oui, je le veux, avec la grâce de Dieu ». Celle liturgie d’ordination est marquante pour chacun d’entre nous. C’est l’une des plus belle, avec la consécration d’une moniale par exemple, ou un mariage. Pourquoi est-ce que cela est marquant ? Parce qu’il y a un engagement de toute une vie.

Mais pour arriver à ce jour du « Me voici », en cette fête-Dieu 2020 du Corps et du Sang du Christ, il y a eu bien des années et bien d’autres « Me voici ».
« Souviens-toi (BIS) de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert, demande Moïse au peuple hébreux, notre première lecture ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire passer par la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : allais-tu garder ses commandements, oui ou non ? Il t’a fait passer par la pauvreté, il t’a fait sentir la faim. »

Ce qu’a vécu le peuple hébreux, ce temps de désert, chacun d’entre nous le vit un jour ou l’autre dans sa vie. Je sais que vous en avez fait l’expérience dans votre vie personnelle, familiale. Vous l’avez vécu aussi par ces longues années de séminaire, ponctuée d’un stage pastoral qui vous aura marqué en Amérique Latine, au Pérou. Vous êtes passé par la pauvreté, vous avez senti la faim. La faim de Dieu, et Il ne vous a pas déçu. Il a été et sera toujours présent.

Votre parcours a sans doute été le meilleur séminaire, même s’il a fallu aussi courageusement se pencher sur les traités de Théologie et lire la Bible intensément.

Mais n’oubliez jamais cela, pauvreté et faim de Dieu, comme les hébreux au désert, et vous saurez alors donner ce pain de vie aux assoiffés de notre temps.

Car pour donner, il faut savoir recevoir, et pour cela rester en état de pauvreté et de faim. C’est le sens des deux engagements difficilement compris par la société contemporaine que vous prenez aujourd’hui : 

  • Vous êtes prêt à vous engager au célibat. Voulez-vous, pour signifier le don de vous-même au Christ Seigneur, garder toujours cet engagement à cause du Royaume des cieux, en vous mettant au service de Dieu et de votre prochain ?
  • Promettez-vous de vivre en communion avec moi et mes successeurs, dans le respect et l’obéissance ? 

Quel est le sens de votre engagement au célibat aujourd’hui ? Ce célibat consacré est un diamant de grand prix. Il a plein de facettes. Toutes ces facettes reflètent une seule personne, qui est au coeur du diamant, Jésus. Jésus-Christ est le coeur du ministère presbytéral et du célibat sacré. Jésus-Christ vaut la peine qu’on lui donne toute sa vie.

En recevant le sacrement de l’ordre, le diaconat, premier degré du sacrement de l’ordre, qui en comporte trois : diaconat, prebytérat et épiscopat, vous refléterez le Christ serviteur. « Je ne suis pas venu pour être servi, mais pour servir », nous a dit Jésus. Servir, c’est la devise des routiers scouts. C’est la devise de ceux qui aiment.

Quel est le sens de la promesse d’obéissance et de respect à votre évêque ? Elle est un signe du don de vous-même. Ainsi, aujourd’hui, comme à l’avenir, vous ne choisirez pas votre mission pastorale. A la fin de la célébration, vous recevrez publiquement votre nouvelle mission, maintenant diaconale. L’obéissance est aussi un signe que votre identité de diacre, et nous l’espérons ensuite de prêtre, ne se fonde pas sur vous-même, mais sur l’évêque qui représente l’Eglise universelle, « revêtu de la plénitude du sacrement de l’ordre » et représentant « l’autorité du Christ pasteur suprême » (Concile Vatican II, PO 7)

Avec la pauvreté, ou sobriété de vie, on retrouve ce que la tradition chrétienne a appelé les trois conseils évangéliques, c’est à dire le style de vie de Notre Seigneur : pauvreté, chasteté, obéissance.

Le ministère diaconal est finalement peu connu, et parfois on le définit par ce qu’il n’est pas : il n’est pas prêtre, il ne peux consacrer l’Eucharistie, il ne peut confesser, etc… Mais il est mieux de contempler la grandeur propre de ce ministère diaconal, qui concerne les diacres en vue du sacerdoce et les diacres permanent. Nous restons diacres. Le sacerdoce n’abolit pas le diaconat et l’épiscopat n’abolit ni le sacerdoce ni le diaconat.

Comme diacre, vous serez le ministre de la Parole, de l’autel et de la charité.

Ministre de la Parole, en proclamant l’évangile et en donnant l’homélie.

Ministre de l’Autel, en le préparant et en vous offrant avec tous les fidèles.

Et ministre de la Charité. Je met sous ce vocable de ministre de la charité de nombreuses missions :

  • Distribuer le corps eucharistique de Notre Seigneur aux fidèles, porter la communion aux malades et en viatique aux mourants ;
  • Instruire les croyants et les incroyants, et vous aurez l’occasion de participer aux préparation aux baptêmes, aux mariages, d’accompagner des familles en deuil ; et ensuite de les célébrer. La charité pastorale de la préparation est tout aussi importante que la célébration, et est une très grande joie du ministre.

Ministre de la charité, vous le serez aussi par l’option préférentielle pour les pauvres et les petits. N’oubliez jamais ceux que vous avez côtoyés au Pérou, et ici en France. C’est le Seigneur que vous servez en les servants.

Vous vous souviendrez avoir été ordonné diacre le jour de la fête Dieu du Corps et du Sang du Christ.

La première lecture tirée du livre du Deutéronome nous a parlé de la manne, aliment donné par Dieu à son peuple au désert, préfiguration de l’Eucharistie, la seconde lecture de st Paul aux Corinthiens nous a rappelé que l’Eucharistie nous donnait la communion au corps et au sang du Christ, mystère de communion, d’union profonde avec Jésus, et donc avec autrui pour qui Il a aussi donné son corps et son sang. Saint Jean dans son évangile ne nous rapporte pas la dernière Cène, mais insiste sur le message de jésus qui nous demande à plusieurs reprises de manger son corps et son sang : « si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’avez pas la vie en vous. »

Cher Thibaud, vous aurez aussi été ordonné diacre à la sortie du confinement en France, au cours de cette pandémie mondiale qui continue à faire des ravages sur d’autres continents. Nous avons expérimenté la faim, ce fut le désert. Notre manne fut un peu la retransmission des messes par la télévision – merci à toutes l’équipe du Laus -, mais cette manne là ne nous a pas rassasiée, et nous avons pu recommencer à communier, communier au corps et au sang du Christ, et communier entre nous. Malgré les masques et la distance, c’est une joie d’être si nombreux ce jour de la fête Dieu au Laus. Comme l’a rappelé le président de la Conférence des Evêques de France ce mercredi dans son discours de clôture de l’Assemblée Plénière que nous avons tenus en visio : « Le respect des règles sanitaires strictes relevait et relève toujours de la charité : un chrétien peut risquer sa vie par amour du Seigneur ou de son prochain, mais non pas courir le risque de porter la maladie et la mort à d’autres ».

Enfin, vous vous rappellerez avoir été ordonné diacre à l’orée d’une année pastorale qui s’annonce riche, avec deux thèmes : une année mariale et une année Laudato Si. 

Vous êtes ordonné diacre dans ce sanctuaire marial, où nous ouvrirons le 6 sept prochain une année mariale diocésaine dont le slogan sera « Prenez Marie chez vous ». Oui, prenez Marie chez vous pendant cette année diaconale.

Vous êtes ordonné Diacre pendant une année « Laudato Si », proposée par le Pape François, pour nous inviter à relire différemment, après la Pandémie, sa lettre sur l’environnement intégral. Oui, relisez cette lettre, car  les pauvres que vous êtes invité à servir comme diacre, sont les 1ères victimes de la dégradation de notre maison commune.

A la réponse de Marie à l’ange : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » fait écho le « me voici », que vous avez prononcé au début de votre ordination. Heureux êtes vous. Amen

Cet article a 1 commentaire

  1. Martine Jehanne Batifouyé

    Magnifique homélie ! Merci Monseigneur et je prie pour ce jeune. Que Marie le garde sous sa protection maternelle.

Les commentaires sont fermés.