Réunion de deux vallées au col des Tourettes
La fraîche du petit matin est bien loin déjà.
Cairn marial en chemin.
Enfin le col des Tourettes et le lac des Rougnous.
Messe avec ouailles et ouailles,
avec crosse
et crosse.
Le patou a su trouver l’ombre.

Quand pasteur et berger se rencontrent.
 

Ce lundi 7 août 2017, des vallées du Champsaur et de la vallée de la Durance autour de Châteauroux-les-Alpes, les lumières se sont allumées de très bonne heure dans les chaumières pour partir vers les sommets.

 

À Prapic et à Châteauroux, les fidèles se sont préparés… mais aussi à Gap, puisque notre nouvel évêque Mgr Xavier Malle était des nôtres.

 

Nous voici tous embarqués dans des 4×4 ou des véhicules adaptés aux pistes de montagne. Au terminus, chacun met les chaussures, règle ses bâtons, endosse son sac… et nous voilà partis pour quelques heures de montée. À la fraîcheur du matin le rythme est alerte, mais au fur et à mesure que le soleil arrive la colonne s’étire, les uns font une pause, les autres admirent le paysage, à l’affût d’apercevoir des chevreuils ou des chamois – ce qui sera le cas non loin du col des Tourettes. Ce col que l’on découvre assez rapidement mais qui n’en finit plus de devenir proche ! Mais bref, chacun, à son rythme parvient au but.

 

Les plus courageux iront vers le Mourre Froid participer à l’inauguration de la croix de Lorraine, restaurée par les soins des communes d’Orcières et de Châteauroux en collaboration avec le Parc National des Écrins. Cette croix est un rappel de l’époque où le col des Tourettes était un passage pour les Résistants.

 

À 11h00, sur les bords du Lac des Rougnous, les pèlerins des deux vallées se regroupent pour la messe, présidée par notre évêque, entouré du père Jean-Pierre Oddon, curé de Saint-Bonnet, du père André Bernardi, curé de l’Embrunais, du Père Jean-Michel Héliot, missionnaire au Togo depuis vingt-cinq ans, passant quelque temps de vacances dans le Champsaur. La messe de la Transfiguration avait toute son importance dans ce magnifique cirque de montagnes, sous un ciel bleu. Les textes des lectures, les chants ont nourri la prière et la méditation de chacun.

 

Parmi les fidèles des deux vallées, il faut noter la présence des bergers et bergères du troupeau de brebis en alpage dans ce coin de montagne, sans oublier le patou et autres chiens de garde. Quel beau spectacle lorsque ces bêtes sont venues autour du lac, faisant résonner leurs sonnailles et plus encore lorsque le patou est venu se coucher tout près du berger des chrétiens du diocèse !

 

Notre évêque a su dire des paroles simples, tel un berger appuyé sur sa crosse – une toute spéciale en bois qui lui avait servie de bâton de marche pour la montée – semblable  à celui utilisé par les bergers pour guider leur troupeau et pour aller chercher la brebis égarée ou malade.

 

L’apéritif offert par les communes et par les pèlerins a été un moment d’échange et de connaissance. Le repas tiré des sacs a permis à notre évêque de faire le tour de « toutes les tables », conversant avec tous les groupes.

 

Après le café, le génépi, il a fallu redescendre de la montagne et retrouver nos maisons, nos occupations, fatigués par cette longue montée et tout aussi longue descente mais heureux d’une telle rencontre.

 

Merci à Mgr Xavier Malle, redescendu sur Prapic, d’avoir accompli, dans les premiers mois de son épiscopat haut alpin, ce pèlerinage unissant deux vallées, deux secteurs paroissiaux, marqués par le tourisme et l’attachement aux rendez-vous de montagne.

 

Père André Bernardi
Curé de l’Embrunais

Fermer le menu