You are currently viewing 20220626 Fête patronale de st Pierre à Romette : Va t’en ! ou la délicatesse de Dieu

Dimanche 25 juin 2022 – TO1310h30 Messe à Romette pour la fête de st Pierre

Le 29 juin prochain, ce sera la fête de st Pierre et St Paul, et dans cette église saint Pierre, nous l’anticipons, en prenant les Oraisons de la fête, mais en gardant les lectures de ce 13ème dimanche du Temps ordinaire.

Autre contexte, hier en Normandie, Don Fénitra a été ordonné prêtre, et hier au Sanctuaire de Cotignac dans le Var, nous avons vécu la journée mondiale des familles, qu’en raison de la pandémie, le pape a proposé de vivre localement, n’invitant à Rome que des délégations. Les évêques de la province, nous avons discerné de nous regrouper et cela a été très beau. Il y avait une quarantaine de Hauts-Alpins. En cette fête du chef des apôtres, nous allons voir l’appel, puis la mission des apôtres et enfin la vie de la communauté chrétienne.

L’appel des apôtres.

St Pierre est donc l’un des 12, et pas n’importe lequel, mais le chefs des 12 apôtres, considéré comme le premier pape.

Comment a t’il été appelé ?  Pierre vivait à Capharnaüm, un petit village de pécheurs au bord de la mer de de Galilée. Il y exerçait le métier de pêcheur avec son frère André. C’est en les voyant jeter leur filet dans la mer que Jésus décida de les inviter à le suivre pour devenir des pêcheurs d’hommes. Cet appel de Jésus est extraordinairement respectueux de la vie de Pierre. Il lui fait comprendre que ce qu’il a vécu lui servira pour cette nouvelle vie.

La première lecture de ce dimanche raconte la vocation du prophète Elisée, appelé par le prophète Elie à lui succéder. Elisée jette vers lui son manteau. Cela semble banal comme signe. Pour certains commentateurs, cela manifeste qu’il prends possession de lui. Pour d’autres, le manteau, dans cette civilisation de nomades, c’est son trésor, c’est sa maison, c‘est donc lui transférer tout ce qu’il a. Plus tard, Elisée se servira de ce manteau d’Elie pour frapper la mer qui s’ouvrira pour le laisser passer à pied sec, comme lors du passage de la mer rouge après la libération d’Egypte.

La suite est aussi extraordinaire ; Elisée fait remarquer qu’il doit embrasser son père et sa mère, quoi de plus naturel, de plus respectueux du commandement divin d’honorer son père et sa mère. Et Elie répond : « Va-t’en, retourne là-bas ! Je n’ai rien fait. » Voyez la délicatesse de Dieu, qui finalement laisse toujours libre. Comme Pierre et son frère André, comme Don Fénitra. S’il avait dit non à l’appel de Dieu, Dieu aurait dit ; « Va-t’en, retourne là-bas ! Je n’ai rien fait. » Occasion ce dimanche de rendre grâce, de remercier Dieu pour les vocations sacerdotales et religieuses et en particulier pour les deux jeunes qui entrent au séminaire pour le diocèse de Gap, Alexandre et Joseph, un jeune vietnamien. Occasion de prier pour les vocations, et de rappeler la chapelle des vocations au Laus, et le pèlerinage st Jacques pour les vocations les 2, 3 et 4 septembre, vous pouvez participer à une, deux ou trois journée de marche, cette année entre Gap et Serre.

En comparant avec l’évangile, on voit bien que Jésus est au delà d’un simple prophète, au delà d’Elie. Aux deux hommes qui ont des raisons légitimes pour retarder leur réponse à l’appel de Jésus à le suivre, Jésus répliqua :
« Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu. » Urgence de la mission ! « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière,
n’est pas fait pour le royaume de Dieu. » Radicalité de la mission. Mais il n’est pas dit que Jésus ne respectait pas leur liberté, au contraire, il voulait les faire progresser dans la vrai liberté, comme dira st Paul aux Galates : « Vous, frères, vous avez été appelés à la liberté. Mais que cette liberté ne soit pas un prétexte pour votre égoïsme ; au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. »

Incroyable phrase de st Paul sur la liberté, qui résonne tellement, dans l’actualité américaine de cette semaine, et surtout belle définition de la mission.

Après la vocation, voyons donc l’activité missionnaire des apôtres.

Nous connaissons le caractère entier de Pierre. Jacques et Jean aussi avaient du caractère, quand on refusa de recevoir Jésus dans un village de Samaritains : « ‘Seigneur, veux-tu que nous ordonnions qu’un feu tombe du ciel et les détruise ?’ Mais Jésus, se retournant, les réprimanda.’Puis ils partirent pour un autre village. » Comme Elie respectueux, dit à Elisée : « Va-t’en, retourne là-bas ! Je n’ai rien fait. » Concernant les apôtres, dit St Luc, « ils partirent pour un autre village. » Être disciple missionnaire, ce n’est pas être imposer sa foi, c’est respecter celui à qui on annonce la bonne nouvelle. Dans un dialogue d’évangélisation, si le feu est rouge, on s’arrête, on ne passe pas en force.

Enfin, voyons la vie de la première communauté chrétienne.

Parfois on l’idéalise. Mais avez-vous entendu la parole de Paul aux chrétiens de Galatie, après sa parole sur la liberté : « Toute la Loi est accomplie dans l’unique parole que voici : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Jusque là tout va bien. La suite est plus …animale : « Mais si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres. » Hier, Mgr Bustillo, l’évêque d’Ajaccio, qui a fait l’homélie, a repris cette parole pour la famille. Et le matin nous avons entendu un magnifique témoignage d’un couple qui après 30 ans de mariage se mordait, se dévorait… jusqu’à un pardon réciproque magnifique. Oui, la famille ce n’est pas toujours rose. « Si vous vous mordez et vous dévorez les uns les autres, prenez garde : vous allez vous détruire les uns les autres. » C’est aussi valable dans notre Eglise, dans notre communauté paroissiale. Quelle est la qualité de votre vie fraternelle ? Car elle seule évangélise. A l’occasion de notre assemblée extraordinaire des évêques à Lyon, pour la synthèse nationale des synthèses diocésaines des petits groupes synodaux, nous commençons par une citation de l’évangile selon saint Jean : « À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. » Je vous invite à lire ce document d’accompagnement de la synthèse nationale, qui dit ce que nous évêque de France avons discerné dans ce processus synodal. J’en profite pour vous rappeler que je vous invite à travailler d’une manière synodale, les chantiers missionnaires qui développent la vision pastorale du diocèse de Gap, tel qu’ils ont été développés au Laus le 1er mai dernier. Et la suite de Paul aux Galates est un bon guide : « Je vous le dis : marchez sous la conduite de l’Esprit Saint. » Amen !