Souviens-toi que je me suis tenu en ta présence
pour te parler en leur faveur
(Jr 18, 20)

Le retournement proposé durant ce Carême s’immisce au cœur de nos plus grands désirs, de nos plus grands espoirs. Voilà mes deux fils, ordonne qu’ils siègent, l’un à ta droite, l’autre à ta gauche, dans ton royaume (Mt 20, 21). Qui ne cherche pas, comme les fils de Zébédée, l’accomplissement de son existence ? Le chemin inauguré par le Christ repose, quant à lui, sur la gratuité totale : Donner sa vie en rançon pour la multitude (Mt 20, 28). Pas de plan de carrière sinon celui du service et du don de soi-même, le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir (v. 28).

Le prophète Jérémie en fait l’expérience vive alors qu’il subit les moqueries de ses compagnons. Souviens-toi ! (Jr 18, 20). En se tenant dans l’espérance, il découvre patiemment la présence bienfaisante du Seigneur. Mes jours sont dans ta main (Ps 30, 16). Aussi, nos désirs de réussite ne peuvent trouver leur plénitude qu’en étant inscrits dans la logique divine de l’Alliance. Recevoir de Dieu notre bonheur pourra devenir alors la règle de notre vie.

Père Olivier Praud

______________________

Méditation extraite du hors-série n° 27, Le compagnon de Carême, publié pour le Carême 2012 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

  • Pour acquérir Le compagnon de Carême, cliquer ici : Le compagnon de Carême
    Vous y trouverez la Parole de Dieu du jour, des commentaires d’auteurs, des articles sur la liturgie, la liturgie des heures du dimanche.
  • Pour s’abonner à la revue Magnificat, cliquer ici : Magnificat
    Tous les jours, la revue mensuelle Magnificat propose les textes officiels de la messe, deux temps de prière (le matin et le soir) puisés dans le trésor de la liturgie des Heures, des textes de méditation extraits des Pères de l’Église, des écrits spirituels contemporains qui prolongent la prière et invitent à vivre la foi, des extraits du martyrologe romain (multiples visages de sainteté qui reflètent l’unique lumière qui nous éclaire), et chaque mois une œuvre d’art sacré commentée par un spécialiste.