Une table ronde pour parler de l’Amazonie

Le vendredi 20 mars à 20h au Centre Diocésain aura lieu une table ronde pour présenter l’exhortation apostolique du Pape François, Chère Amazonie. Avec la participation de Mgr Malle, évêque de Gap (+ Embrun), du Père Bertrand Gournay, vicaire épiscopal, du Père Jean-Dominique Dubois, responsable de la formation permanente, de Jean-François Morel et Frédéric Lévêque, membres du groupe Église verte. Modératrice : Myrna Le Loarer.

La forêt brûle en Amazonie. Voilà qui a pu faire la Une de la presse. Débat aussi dans nos journaux, en Église et en dehors de l’Église, sur la focalisation sur une proposition parmi tant d’autres du dernier synode des évêques réunissant les pasteurs de l’Amazonie autour du pape : l’ouverture éventuelle de l’ordination sacerdotale à des hommes mariés pour ces peuples amazoniens d’Amérique latine.

Le Pape François a rendu publique le 12 février 2020 son exhortation Chère Amazonie, qui fait suite au synode tenu en octobre dernier portant sur le thème : « Amazonie : de nouveaux chemins pour l’Église et pour une écologie intégrale ».

Le Pape François formule dans ce texte quatre rêves pour l’Amazonie : rêve social, rêve culturel, rêve écologique et rêve ecclésial. Avec une chaleur propre à son cœur originaire de ce continent, le Pape nous embarque dans une réflexion qui tient compte de l’homme dans son intégralité, de sa culture et de son environnement, comme de son lien avec tous les peuples de la terre. Avec cette exhortation, le Pape montre la sollicitude de l’Église universelle envers l’Amazonie ; il indique aussi les chemins que cette région du monde peut prendre. Entendant « la clameur de l’Amazonie », il propose une vision d’écologie intégrale de la question amazonienne et présente plus particulièrement toutes les dimensions sociales, culturelles, écologiques et ecclésiales comme inévitablement liées pour la sauvegarde et l’épanouissement de cette région du monde. La planète étant devenue un grand village, ce qui concerne nos frères et sœurs d’Amazonie nous concerne…