Toussaint à Gap et à Guillestre

Samedi 1er novembre, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri présidait la Toussaint en la cathédrale de Gap. Pour manifester que cette fête était celle de tous les saints, le chœur avait été décoré d’une multitude de chrysanthèmes jaunes et les reliquaires avaient été exposés.

Ci-dessous des photos de la célébration.

[flagallery gid=86]

À l’occasion de la Toussaint, Mgr Félix Caillet, curé pour le Guillestrois, annonçait l’ouverture d’un site internet paroissial : www.paroisseduguillestrois.com

Ci-dessous un des premiers articles de ce site : l’homélie donnée à l’occasion de la Toussaint.

Homélie

donnée en Notre-Dame d’Aquilon à Guillestre
par Mgr Félix Caillet, curé du Guillestrois

Devenir des Saints !

Dites-moi ! Serait-ce votre rêve ? Chacun, en effet, a le droit d’avoir ce rêve qui est loin d’être un rêve fou. C’est le rêve de Dieu pour nous. Devenez des saints.

Devenir un saint, ce n’est pas être une sainte-nitouche, une de ces personnes qui font belle apparence et qui, par derrière, savent faire travailler leur langue.

Devenir un saint pour certains est une perspective qui paraît inaccessible. La sainteté paraît réservée à une élite et cela, d’autant plus que notre vie sociale porte au pinacle les élites dans tous les domaines. Il est plus facile et rapide de chuter du pinacle que de l’atteindre. Cumuler les sacrifices, c’est entraver notre marche. Se laisser aimer par le Seigneur est une attitude du cœur.

Devenir un saint ne ressemble à rien à une escalade vertigineuse à main nue. Quelques êtres habiles seulement y parviennent mais la sainteté est promise à tous. S’il y a un chemin qui s’est démocratisé depuis toujours, c’est bien celui qui conduit pas à pas à la sainteté à la suite du Christ.

À côté des saints et des bienheureux dont l’Église reconnaît leur grandeur spirituelle à travers une vie somme toute bien ordinaire, il y a aussi des gens de chez nous, de nos familles. Quand je pense à mes parents, et beaucoup d’entre vous peuvent le dire également des leurs, avec du recul, je confesse qu’ils étaient des saints !

La sainteté de ces hommes et de ces femmes est de chaque jour :

  • Faire vivre une famille sans grand moyen,
  • Être malade et alitée avec un mari qui rentre éreinté du travail et savoir prendre du temps pour entourer les enfants de tendresse, les écouter, jouer, leur raconter des histoires,
  • Porter à deux les soucis familiaux et partager à deux les joies d’un bonheur ordinaire,
  • Tenir dans la prière et à la messe dominicale alors que le cœur pourrait se laisser aller à la révolte. Vivre dans une confiance inconditionnelle au Père
  • Être toujours disponible pour donner un coup de mains.

Voilà les fleurs qui jalonnent un chemin de sainteté pour l’embellir.

Oui, heureux les doux, heureux les pauvres ceux dont le cœur est riche d’amour sans que la réussite financière soit là. Heureux les artisans de paix. Heureux les miséricordieux, ceux qui voient dans l’autre leurs qualités et leur grandeur.

Devenir un saint…

C’est le rêve du Seigneur sur nous… Mais non pas pour demain, non pas en devenir, non en promesse et en rêve mais pour aujourd’hui, pour chaque jour. Le chemin de la sainteté emprunte celui de nos joies et de nos espoirs, de nos tristesses et de nos angoisses en nous abandonnant entre les mains du Seigneur.

Saint Jean, ne l’oublions pas, nous dit : « ce que nous sommes ne paraît pas encore clairement. » Ce que nous vivons comme amour donné, comme pardon accueilli, nous n’en connaissons jamais totalement la véritable valeur. Un jour viendra.

Ce jour-là, une foule immense d’humains qui se sont salis les mains, égratignés les membres, refusant de se laver les mains pour éviter de se mouiller… ce jour-là une foule immense se dressera, proclamant « le salut est donné par notre Dieu. Les quatre vivants, les anges se prosterneront devant nous et devant l’Agneau qu’est le Christ en chantant : Amen ! Louange ! gloire ! sagesse, actions de grâces. Nous reconnaîtrons que l’Esprit du Seigneur a agi à travers nos faiblesses. Tout est grâce disait saint Augustin… Tout est grâce même le péché.

C’est par grâce que nous devenons des saints, que nous avançons sur nos chemins d’humanité habité par l’Amour.

Bonne fête à tous et à chacun.

Vivre sur le chemin de la sainteté ce n’est pas vouloir l’atteindre à la force de nos poignets mais ouvrir largement nos mains et notre cœur à l’Amour de Dieu, Père Fils et Esprit.