Travaux de restauration de tombes d’évêques et de prêtres du diocèse, et de soeurs du Saint-Coeur de Marie

Nous allons les uns et les autres nous recueillir en ces jours sur les tombes de nos proches. L’occasion aussi de se recueillir sur celles des prêtres qui ont baptisé, marié, confessé, enterré nos aïeux. Souvent ils ont demandé à être inhumés auprès de leurs paroissiens. Pour reprendre les termes du Concile Vatican II : les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de leur temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, ont été aussi leurs joies et leurs espoirs, leurs tristesses et leurs angoisses, et il n’est rien de vraiment humain qui n’ait trouvé écho dans leur cœur. (cf. Gaudium et Spes, 1)

Les prêtres du diocèse

À Gap, un nombre important de prêtres sont enterrés au cimetière de la Chapelle. Vu l’état de la concession, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a décidé d’entreprendre des travaux pour une plus grande dignité des lieux. De plus les corps de sept prêtres, disséminés ailleurs dans le cimetière, ont été rapatriés-là. Leurs noms seront bientôt gravés au côté des autres.

Avant
Après

Les Sœurs du Saint-Cœur de Marie

Des travaux ont aussi été entrepris pour réhabiliter, dans ce même cimetière, la concession des Sœurs du Saint-Cœur de Marie, congrégation ayant compté une centaine de sœurs depuis sa création.

Avant
Après

Les évêques

Enfin, averti par l’abbaye Saint-Pierre de Champagne (07) que le mausolée-chapelle de Mgr Marie-Ludovic Roch menaçait ruine, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a décidé de transférer le corps de cet ancien évêque de Gap, enterré à Serrières son pays natal, dans le caveau des évêques de la cathédrale Saint-Arnoux. De nouveaux marbres ont été apposés, et les noms des évêques inhumés dans ce caveau y seront bientôt gravés.

Le mausolée-chapelle au fond du cimetière, à Serrières (07)
L’inscription au-dessus de l’autel : “À Mgr Roche, évêque de Gap, ancien aumônier du lycée Louis-le-Grand, ses élèves et ses amis. 2 novembre 1880.”
Le caveau des évêques dans la crypte de la cathédrale de Gap, avant le transfert du corps de Mgr Marie-Ludovic Roche
Le caveau des évêques après le transfert et la réduction des corps
 

 Mgr Marie-Ludovic Roche
(1828-1880)

Omnia in caritate

Né le 5 février 1828 à Serrières (Ardèche, diocèse de Viviers).
Élève au collège des Cordeliers à Annonay (1839-1846), tenu par les Basiliens, communauté fondée en 1822 par dix prêtre diocésains.
Étudiant au grand séminaire de Viviers (1846-1849).
Reçu novice chez les Basiliens le 14 octobre 1849.
Diacre à Viviers le 25 mai 1850.
Profession religieuse le 28 septembre 1851.
Prêtre le 20 décembre 1851 à Viviers, il quitte la communauté basilienne le 5 août 1853 et devient prêtre diocésain.

Tout le temps où il est chez les Basiliens, il enseigne au collège des Cordeliers à Annonay, de 1849 à 1851 (classe de 5è) et de 1851 à 1853 (classe de 4è). La charge de l’enseignement semble lui avoir pesé.

Licencié ès lettres, docteur en théologie de la Sorbonne, chapelain de Sainte-Geneviève à Paris, prédicateur distingué (son éloquence est soulignée par le chapitre au moment de sa mort), aumônier au lycée Louis-le-Grand, professeur d’histoire ecclésiastique à la Sorbonne, il revenait parfois à Annonay au collège.

Nommé évêque de Gap en septembre 1879, il succède à Mgr Aimé-Victor-François Guilbert, nommé à Amiens. Marie-Ludovic Roche est sacré le 11 novembre à Sainte-Clotilde (Paris) par S. Ém. le cardinal Guibert, archevêque de Paris, assisté par Mgr Ernest Bourret, évêque de Rodez, et par Mgr Louis Robert, évêque de Marseille. Il est intronisé le 11 décembre 1879 à Gap et décède moins d’un an plus tard, probablement de la typhoïde, le 6 octobre 1880 à Orléans où il prêchait une retraite sacerdotale. Inhumé dans le cimetière de son village natal de Serrières (un mausolée est élevé dans le cimetière), son corps est transféré à Gap dans le caveau des évêques en juillet 2012. Mgr Jean-Baptiste-Marie-Simon Jacquenet lui succède en 1881.

Mgr Marie-Ludovic Roche était l’oncle de Jules Roche (1841-1923), lui aussi né à Serrières et ancien élève des Basiliens d’Annonay, qui fut avocat, ministre du Commerce et de l’Industrie et député « opportuniste » de l’Ardèche.

Sources : Lettres pastorales (1878-1881) ; Évêques des Hautes-Alpes par le chanoine Paul Guillaume, Ordo de 1879, 1880, 1881.

Fermer le menu