Un dimanche aux nombreux temps forts à Gap
  • Post published:1 juin 2016

Dimanche 29 mai, l’Église célébrait ce que l’on appelait autrefois la Fête-Dieu, ou solennité du Saint-Sacrement, ou Corpus Christi : la solennité du Corps et du Sang du Christ.

À cette occasion, à Gap, plusieurs temps forts étaient proposés : la messe dans la matinée présidée par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, une procession en début d’après-midi malgré la pluie, et en fin d’après-midi la bénédiction d’un oratoire sur le parking Saint-Mens, oratoire qui marque le début du chemin de grande randonnée menant de Gap au sanctuaire Notre-Dame du Laus.

La messe le matin, présidée par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri, avec le père Thomas Lunot comme prédicateur

L’assemblée

La procession

et l’adoration aux Cordeliers

En fin d’après-midi, rassemblement sur le parking Saint-Mens

Discours de Chantal Rapin, au nom du maire de Gap
Bénédiction par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri


Photo-souvenir… de cet oratoire qui marque le début du chemin de grande randonnée menant de Gap au sanctuaire Notre-Dame du Laus

Ci-dessus, vidéo de l’inauguration de l’oratoire à l’entrée du parking municipal Saint-Mens

———

La solennité du Corps et du Sang du Christ

L’origine de la fête du Saint-Sacrement, du Corpus Christi (Fête Dieu), remonte au XIIIe siècle. Jusque-là il n’y avait ni office, ni exposition, ni procession du Saint-Sacrement. On conservait seulement la Sainte réserve pour les mourants et les malades. C’est encore actuellement la situation dans l’Église orthodoxe.

La fête apparaît en Occident au XIIIe siècle, à la suite d’une vision qu’a eu vers 1210 une religieuse, sainte Julienne de Cornillon, du diocèse de Liège. Et en 1264, le pape Urbain IV institue cette fête pour toute l’Église catholique romaine.

Au XIVe siècle, le pape Jean XXII ordonne de porter l’eucharistie ce jour-là en cortège solennel dans les rues et sur les chemins. C’est à ce moment qu’apparaît l’ostensoir. Ces processions se répandent dans tout l’occident aux XIVe et XVe siècles.

Dans certains pays où cette fête est fériée, elle a lieu le jeudi. Ce jour est alors solennisé par des processions eucharistiques. Dans les autres pays cette fête est reportée au dimanche sans forcément être accompagnée d’une procession sur la place publique : tout dépend de la culture locale, de la manière de comprendre et de vivre la laïcité.

Cet article a 4 commentaires

  1. Grimaldi Marie José

    Très belle Croix ! En une semaine , super l’artiste !

  2. Madec

    la photo : la procession !
    Merci pour ces poussettes, merci aux papa et aux maman d’être là ;
    la relève, vous êtes notre Eglise.
    C.Madec.

  3. croassant arlette

    Je corrige, “La Fête-Dieu”, fête du Saint-Sacrement.

  4. croassant arlette

    La Fête de Dieu représente pour moi, la procession dans les rues de ma ville. Petite fille, à l’école chez les sœurs. Ce jour là, en robe blanche, une corbeille suspendue au cou, remplie de pétales de roses que nous semions sur la route décorée également de beaux dessins de fleurs, lorsque la Sœur claquait une boîte, le bruit pour nous avertir. De beaux souvenirs!!!. Et le soleil était présent!
    Merci, Monseigneur, votre présence et un plus, cet oratoire de St Mens reliant le Sanctuaire du Laus. Un chemin divin vers mon refuge préféré, un lieu de réconfort et de spiritualité.

Les commentaires sont fermés.