Statue de saint Arnoux, patron principal du diocèse

Le jour de la fête de saint Arnoux, patron principal du diocèse, Mgr Jean-Michel di Falco Léandri a signé un décret promulguant le nouveau calendrier liturgique propre au diocèse. Il entrera en vigueur le premier dimanche de l’Avent (29 novembre).

Ce travail, demandé à tous les diocèses du monde depuis le concile Vatican II, n’avait pas été finalisé dans le nôtre. Ci-dessous, une interview des sœurs de Rosans, qui ont mis la touche finale à cette tâche.


 

Thierry Paillard : Vous avez travaillé sur le propre du diocèse de Gap et d’Embrun. Rome a approuvé le calendrier en juin dernier et Mgr Jean-Michel di Falco Léandri vient d’en ordonner la promulgation et l’entrée en vigueur. De quoi êtes-vous parties pour ce travail ?

Les soeurs de Rosans : Nous sommes parties du calendrier propre en cours dans le diocèse, établi dans les années 1970, mais n’ayant pas reçu d’approbation définitive. Diverses circonstances ont empêché l’aboutissement d’un projet présenté dès 1963 par Monseigneur Jacquot, alors évêque de Gap, à la Congrégation des Rites à Rome. Des prêtres du diocèse, tels que le chanoine Gonfard et le père Roger de Labriolle, y ont ensuite travaillé. Plus récemment, à la demande de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri désireux que cette révision soit menée à bien, le père Jean-Pierre Mollon a repris le projet. C’est ce travail qui nous a servi de base pour la révision du calendrier. Nous avons pu utiliser aussi les calendriers particuliers des diocèses proches, certains saints ayant œuvré sur toute la région.

TP : En quoi votre travail a-t-il consisté ?

SR : Le travail a consisté à vérifier la pertinence à la fois des noms de saints ajoutés ou supprimés, puis la date de la fête et enfin le degré de solennité, en tenant compte des critères donnés par la Congrégation pour le culte divin (ex Congrégation des Rites).

TP : Quelles étaient les règles à suivre, les contraintes, le cahier des charges ?

Une page du calendrier de 1948, extraite du bréviaire publié sous Mgr Auguste Callixte Bonnabel, évêque de Gap de 1932 à 1961.

SR : Le cahier des charges à suivre fut l’instruction du 24 janvier 1970 donnée par la Congrégation pour le Culte divin pour la révision des calendriers particuliers qui s’est imposée à toute l’Église au lendemain du Concile. Ce texte a une visée pastorale. Il souhaite que chaque calendrier reflète la richesse des charismes de sainteté dans chaque diocèse. Il demande en même temps une rigueur historique quant à l’authenticité des saints, un lien certain de ces saints avec le diocèse où ils sont célébrés, une sobriété plus grande quant à leur nombre afin que le sanctoral n’occulte pas le temporal. Il comporte des règles précises quant au degré de solennité, aux préséances de dates par rapport au calendrier général, etc…

TP : Bien des saints ont disparu. Pourquoi ?

SR : C’est ainsi que quelques saints à la vie trop légendaire, sans fondement historique, ou n’ayant que peu de rapport avec le diocèse, ont été supprimés du calendrier. Nous avons tenté cependant d’en laisser certains, mais la Congrégation a été encore plus drastique que nous sur le sujet lorsque nous lui avons envoyé le projet pour approbation. D’autres saints en revanche, plus récents, y ont pris place.

TP : Qu’en ressort-il de ce nouveau calendrier ?

SR : Comme la restauration d’un tableau met en lumière la beauté de ses couleurs, ce travail a fait apparaître ce qui constitue la véritable richesse du sanctoral de notre diocèse : une lignée de saints évêques qui ont fondé le diocèse, ont fortifié la foi des fidèles, ont participé aux grands conciles régionaux des IVe et Ve siècles et ont entretenu des liens étroits avec l’évêque de Rome. Les mettre en valeur est une façon de leur exprimer notre reconnaissance ! La Vierge Marie, fêtée en tant que Notre Dame du Laus, a aussi pu trouver une place digne d’elle et du rayonnement du sanctuaire dans ce calendrier, au 1er mai, ainsi que notre évêque le souhaitait.

 


Pour consulter le décret de Mgr Jean-Michel di Falco Léandri,
l’approbation de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements,
et le nouveau calendrier lui-même,
cliquez ici.