Sa langue se délia – Vendredi 23 décembre
  • Post published:23 décembre 2011

Luc 1, 57.60.63-64
Quand arriva le moment où Élisabeth devait enfanter, elle mit au monde un fils. Elle déclara : « Il s’appellera Jean. » Zacharie se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Son nom est Jean. » À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia.

D epuis son retour du Temple, Zacharie se tient en retrait tandis qu’Élisabeth porte en elle le fruit de la parole divine. Mais voilà que l’enfant tant désiré est là. Alors Élisabeth prend la parole, qui fait encore défaut à Zacharie, elle acquiesce à la parole de l’ange et déclare à la face du monde : Il s’appellera Jean. Pourrait-il avoir un autre nom, celui dont la seule présence révèle à tous, amis et voisins, que « Dieu fait grâce ». À l’instant même, Zacharie se met à parler. C’en est fini du silence, sa bouche s’ouvre et sa langue se délie pour dire la grâce : Son nom est Jean.
Dieu est à l’œuvre en chaque homme, mais il n’est pas toujours facile de le reconnaître et de l’accepter. Avec patience, il a laissé à Zacharie et à Élisabeth le temps d’entrer dans son projet et d’y adhérer pour que son dessein s’accomplisse. Il agit de même avec chacun d’entre nous. Il accepte nos lenteurs à croire et nos atermoiements. Mais vient le temps où Dieu fait grâce, le temps où il descend faire sa demeure en nous, et c’est maintenant.

Bénédicte Ducatel

Extrait du hors-série n° 26, Le compagnon de l’Avent, publié pour l’Avent 2011 par la revue Magnificat.

Avec l’aimable autorisation de la revue Magnificat

Cet article a 1 commentaire

  1. Grimaldi Marie José

    mon souhait est que se fasse entendre la voix de Dieu et qu’elle impose un instant de silence à toutes les voix mercantiles afin que tous puissions entendre le cri plein d’espoir de l’enfant nouveau-né.

Les commentaires sont fermés.