Alors le 25 décembre, avec Marie, comment accueillir l’enfant Dieu ? Soignons notre désir. Ce matin ici des chrétiens adultes ont dans leur coeur un grand désir : Viens Esprit Saint. – homélie des Confirmations adultes – église St Roch 20 décembre 2020

Homélie de Mgr Xavier Malle pour le 4ème dimanche de l’AVENT – 20 décembre 2020 à 11h00 en l’église Saint Roch de Gap à l’occasion des confirmations des adultes de la paroisse de Gap

(NB : pas de version audio… par oubli – photo d’archives de la paroisse)

Dans quelques jours ce sera la messe de Noël. Et curieusement l’Eglise nous propose l’évangile de l’Annonciation. On sait que la fête liturgique de l’Annonciation est le 25 mars, 9 mois pile avant le 25 décembre. Alors pourquoi cet évangile aujourd’hui ? Pour nous inviter à accueillir l’enfant Jésus le jour de Noël comme Marie l’a accueilli le jour de l’Incarnation en son sein, le 25 mars.

L’ange lui annonce alors une conception et une naissance miraculeuse et prophétise : « le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin ». Pour comprendre cette prophétie, il faut bien sûr aller lire le second livre de Samuel, le récit de la prophétie de Nathan au roi David.

Le roi a vaincu ses ennemis et s’est fait construire un palais, quand il se rend compte qu’il a oublié de construire une maison pour l’arche d’Alliance. Le prophète l’encourage, vas y construit. Mais la nuit même Dieu s’adresse à Nathan pour lui demander de changer sa réponse à David : « Ce n’est pas toi qui me construira une maison, mais c’est moi qui en construirait une pour toi. »

Frères et soeurs, parfois on pense faire des choses pour Dieu, et même parfois on en attends un retour, comme un marchandage. J’ai prié, j’ai jeûné, alors Seigneur, ce serait bien si tu m’accordais cela. C’est méconnaître le sens de la prière : prier ce n’est pas pour faire connaître à Dieu mes besoins. Il me connaît mieux que moi-même. C’est au contraire pour disposer mon coeur à recevoir tout ce que Dieu prépare pour moi, et qui est souvent très différent et mieux que ce dont j’avais rêvé.

David se met à rêver de construire pour l’Arche d’Alliance un palace. Il en retirerait de la reconnaissance du peuple, il laisserait une trace dans l’histoire, il pourrait espérer une récompense de Dieu. Mais la maison dont parle le Seigneur ne sera pas une maison de pierre, mais une maison dynastique, une dynastie familiale. On a encore ce vocabulaire : on parle de la maison princière, pour parler de la dynastie du prince de Monaco ! 

Ce que Dieu donne à David est bien plus beau que ce qu’il réclamait ! Un fils et une descendance. Dieu nous donne souvent plus beau que ce qu’on peut espérer, mais on ne le voit qu’après, alors parfois il nous faut avancer sans savoir, dans la foi et l’espérance.

« Je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours.» Cette promesse au roi David est l’origine de l’espérance messianique. Quels qu’aient été les descendants de David – tous ne furent pas des bons rois – le peuple attends un messie dont le règne sera éternel. Bien sûr la jeune Marie est dans cette attente et elle comprends que c’est le Messie tant attendu qui lui est annoncé quand l’ange lui dit : « le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours ».

Notre première attitude de Noël c’est l’attente, attente  messianique : viens Seigneur Jésus. Puis Marie demande quelques précisions : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange Gabriel lui révèle alors qu’effectivement ce sera le Messie attendu, le fils de Dieu, sans père humain, mais conçut par l’opération du St Esprit. « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. »

La réponse de Marie est aussi extraordinaire d’humilité : Elle aurait pu se glorifier, mais au contraire : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. »

Alors le 24 et le 25 décembre, avec Marie, comment accueillir l’enfant Dieu ? D’abord soignons notre désir. Si vous n’avez aucun désir, Dieu ne peut rien faire pour vous. Viens Seigneur Jésus. Que cette simple prière remplisse vos journées d’ici jeudi prochain !

Puis comme Marie, accueillons le projet de Dieu dans notre vie avec simplicité. 

Ce matin ici dans l’Eglise Saint Roch, des chrétiens adultes ont dans leur coeur un grand désir : Viens Esprit Saint.

Nous allons le chanter. 

Viens Viens Esprit Saint, viens sur moi comme sur la Vierge Marie ! Viens faire de moi une demeure, une maison du Dieu trinitaire., comme Marie fut le premier tabernacle de l’histoire, portant ensuite Jésus à sa vieille cousine Elisabeth.

Viens Esprit Saint me permettre de reconnaître dans l’enfant de la Crèche le Messie attendu, mon Sauveur. Viens Esprit Saint renouveler ma vie, que je reparte avec cette confiance mariale «  Que tout m’advienne selon ta parole. » Amen.