Vivez le Carême 2014 avec Benoîte Rencurel – Comment s’opèrent les guérisons miraculeuses du Laus

Mgr René Combal, actuel chapelain et ancien recteur du sanctuaire Notre-Dame du Laus, nous propose de vivre le Carême en compagnie de la Vénérable Benoîte Rencurel.

Un jour une méditation, alors qu’approche le 350e anniversaire des premières apparitions et l’ouverture de l’année jubilaire le 1er mai 2014.

Ces méditations quotidiennes sont diffusées sur RCF Alpes-Provence (en semaine à 12h45 et 20h00, le samedi à 9h12, le dimanche à 9h00) et aussi présentées sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus.

 

            Lundi 31 mars
     4e semaine de Carême

 

En ce lundi 31 mars, de la quatrième semaine de Carême, l’Évangile rapporte la guérison du fils d’un fonctionnaire royal.

« Le fonctionnaire royal dit à Jésus : « Descends avant que mon enfant ne meure ». Jésus lui répond : « Va, ton fils est vivant ». L’homme crut à la parole de Jésus.
Pendant qu’il descendait, ses serviteurs arrivèrent à sa rencontre et lui dirent que son enfant est vivant. »

Comment s’opèrent les guérisons miraculeuses du Laus ?

Essentiellement, selon l’expression d’alors, “en se vouant et en se rendant au Laus.”

“En se vouant au Laus” à distance, c’est à dire en se confiant à Notre Dame du Laus, en promettant d’y venir en pèlerinage, de s’y confesser et de rendre grâce.
Un certain nombre de guérisons s’opèrent par le vœu, avant l’arrivée au sanctuaire.
Souvent la guérison est liée à une neuvaine à de prières. C’est le cas pour Catherine Vial.

Nous notons la fréquence de l’expression « en se vouant et en se rendant au Laus ».

C’est le cas pour Antoine de Cazeneuve, fils d’un chirurgien, guéri le 28 juin 1665. Son père se résolut avec sa femme de le vouer à Notre Dame du Laus. Ils l’y amenèrent avec beaucoup de peine. En sortant de la chapelle l’enfant dit qu’il était guéri.

Un petit enfant de 4 ans, du sieur Jean Léautier, qui fut guéri d’une fièvre ardente dès que ses parents l’eurent voué à Notre Dame du Laus et fait leur prière à ce sujet.

Marguerite Aubert, indisposée des pieds et des mains, laquelle après s’être vouée et fait menée avec beaucoup de peine à Notre Dame du Laus, fut miraculeusement guérie de toutes ses infirmités.

Marie Reignier qui ne pouvait marcher, laquelle son vœu fait et portée à Notre Dame du Laus, fut guérie de toutes ses incommodités.

Et ainsi de la plupart des dix-huit premières guérisons mentionnées par Mr Grimaud.

Prenons la dix-huitième qui a bénéficié à Madeleine Pellegrin de Saint-Bonnet-en-Champsaur. Elle ne pouvait presque plus parler, “se voua au Laus” et fut guérie en y allant le 8 septembre.

À partir de 1667, comme nous l’avons déjà vu, beaucoup de guérisons sont dues à l’onction d’huile de la lampe du sanctuaire de Notre Dame du Laus.

Mgr René Combal
Chapelain
au sanctuaire Notre-Dame du Laus

Cet article a 1 commentaire

  1. Bonjour,
    J’aimerais partager avec vous mon Carême à moi.
    Depuis le mois de janvier j’ai eu envie d’arrêter le travail de bureau que je fais depuis 18 ans.
    Ma nièce me dit qu’elle a pour moi un projet qui doit me sortir des Ateliers Protégés. Il y a deux semaines je travaillé mon dernier jour aux Ateliers. Mercredi 1er avril, Je commence à travailler chez elle, à Porrentruy à la ferme , au bureau, et comme gardienne d’enfants.
    Chez moi personne ne croyait à ce que j’arriverais au bout du projet. Je me suis souvent sentie seule pour ça Au début du Carême je me dis ben à Pâque ce sera fait, j’aurai cette place de travail.
    Et là ben mercredi 1er avril, je commence ce nouveau travail.
    C’étais assez dur j’ai souvent été découragée, je me sentais un peu seule de mon côté, Et là dans une semaine c’est Pâques et mercredi je commence mon nouveau travail
    Trop bien
    Sibylle

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu