Vivez le Carême 2014 avec Benoîte Rencurel – Des parfums de Béthanie aux parfums du Laus

Mgr René Combal, actuel chapelain et ancien recteur du sanctuaire Notre-Dame du Laus, nous propose de vivre le Carême en compagnie de la Vénérable Benoîte Rencurel.

Un jour une méditation, alors qu’approche le 350e anniversaire des premières apparitions et l’ouverture de l’année jubilaire le 1er mai 2014.

Ces méditations quotidiennes sont diffusées sur RCF Alpes-Provence (en semaine à 12h45 et 20h00, le samedi à 9h12, le dimanche à 9h00) et aussi présentées sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus.

 

            Lundi 14 avril
             Lundi Saint

 

Des parfums de Béthanie aux parfums du Laus

Dans l’évangile de ce Lundi Saint, Jésus vint à Béthanie. Marie prit un parfum très pur et le versa sur les pieds de Jésus. La maison fut remplie par l’odeur du parfum.

À Pindreau, la Vierge Marie avait dit à Benoîte : « Allez au Laus, vous y trouverez une petite chapelle d’où sortiront de bonnes odeurs ».

En arrivant à la chapelle de Bon Rencontre, Benoîte est enivrée par ces parfums qui l’imprègnent chaque fois que la Vierge lui apparaît.

Elle a dit que l’odeur des anges est plus grande pour les uns que pour les autres. Pour l’odeur de Marie elle surpasse toute les odeurs de ces créatures… »

L’odeur du Christ qui lui inspire d’aller à la Croix d’Avançon est « une odeur très odoriférante qui surpasse de beaucoup celle de Marie ».

Il y a en encore davantage : “Le corps de Benoîte lui-même et tous ses vêtements exhalent tous ces parfums qui sont si délicieux qu’ils embaument tous ceux qui l’approchent.”

C’est à partir de Pâques 1666 que nous avons des témoignages de personnes qui ressentent ces parfums.

Voici celui de François Grimaud :

« L’illustre et révérend Monseigneur Pierre Marion, évêque et comte de Gap, est allé célébrer la messe au Laus, avec tous ceux de sa maison, qui s’y confessèrent et communièrent tous. Étant informé de sa visite, il m’arriva quelque chose que je me cru obligé de faire savoir : alors que j’inscrivais des messes votives devant la chapelle, j’ai senti une odeur si suave pendant sept à huit minutes, que de ma vie je n’ai rien senti de pareil. Cela me causa une satisfaction si grande que je fus hors de moi-même ».

« Le 31 janvier 1688 la Mère de Dieu parle à Benoîte dans sa sainte chapelle et la remplit d’une odeur inconcevable. »

« Le 24 mars1690, l’église fut tellement embaumée de cette odeur céleste que chacun en était charmé. »

« On a observé en ce mois de mars qu’il ne s’est passé aucune semaine sans que l’église ait été embaumée par cette odeur céleste, jusqu’au mois de mai ».

Après la mort de Benoîte jusqu’à nos jours, nombreux sont les témoignages de cette expérience des parfums. Pour s’en convaincre il suffit de parcourir le livre de René Humetz, Enquête sur les parfums de Notre-Dame du Laus, édité en avril 2008 aux éditions du Sarment. On le trouve à la librairie du Laus.

Mgr René Combal
Chapelain
au sanctuaire Notre-Dame du Laus

La publication a un commentaire

  1. B.M. Marseille

    Bonjour,
    Agé de 74 ans, ancien militant chrétien dans le rite de l’Eglise Catholique Romaine, je me suis positionné aujourd’hui à l’extérieur de toutes croyances.
    Dans un domaine totalement différent, celui de l’intégrité physique, j’ai entre autre perdu le sens de l’odorat (anosmie). Je pense ce jour que si mes pas me mènent dans l’avenir vers Notre Dame du Laus et si brusquement me venait alors la grâce que me soit révélée l’odeur “béatifiante” au sein de la Chapelle de Bon Rencontre, mon incroyance serait sans doute discréditée… Mais si un dieu existe il ne devrait pas se satisfaire de ce genre de « pari ». De celui de Pascal non plus je suppose… Cordialement

Les commentaires sont fermés.