Vivez le Carême 2014 avec Benoîte Rencurel – Jeûne

Mgr René Combal, actuel chapelain et ancien recteur du sanctuaire Notre-Dame du Laus, nous propose de vivre le Carême en compagnie de la Vénérable Benoîte Rencurel.

Un jour une méditation, alors qu’approche le 350e anniversaire des premières apparitions et l’ouverture de l’année jubilaire le 1er mai 2014.

Ces méditations quotidiennes sont aussi présentées sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus et diffusées sur RCF Alpes-Provence (diffusion le mercredi, jeudi et vendredi à 12h45 et 20h00 ; le samedi à 9h12 ; le dimanche à 9h00).

  Samedi après les Cendres

Le jeûne

En ce samedi après les Cendres, quatrième jour de ce temps de carême, nous continuons à méditer sur le même évangile du mercredi des Cendres.
C’est une invitation à nous interroger sur notre manière de jeûner.

« Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien faire connaître aux hommes qu’ils jeûnent ;
Vraiment, je vous le déclare : ils ont touché leur récompense.
Mais toi, quand tu jeûnes, parfume toi la tête et lave toi le visage : ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton père qui est là, invisible ; ton Père voit ce qui est invisible, il te le revaudra ».

Benoîte fait parfois des jeûnes de six à huit jours pour ramener des pécheurs à la pénitence.
Son repas solitaire est souvent un peu de pain dans sa soupe, quelques noix et un peu de fruit. Ses directeurs lui ordonnent en 1710 de prendre un peu de vin à cause de la faiblesse de son estomac.
Elle jeûne surtout les mercredis, vendredis et samedis.
Aux jeûnes d’obligation elle prend pain et eau, parfois un peu de soupe, mais parfois elle ne se contente que de l’eau, parce qu’elle a donné son pain à des pauvres.
Les jours d’affluence, elle reste de l’aube à la nuit à parler aux uns et aux autres sans prendre le temps de manger.
Et pourtant, les pèlerins étaient marqués par la sérénité qui émanait de son visage. Quand la Vierge lui apparaissait, elle était comme un soleil, nous disent les manuscrits.
L’exemple de Benoîte ne nous invite pas forcément à l’imiter mais à trouver notre manière de jeûner, compte tenu de notre santé et de nos moyens, « car l’homme ne se contente pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ».

Le Droit Canon nous indique (canon 1249) que tous les fidèles sont tenus de faire pénitence chacun à sa façon… (canon 1251).
L’abstinence et le jeûne seront observés le mercredi des Cendres et le vendredi de la Passion et de la Mort de Notre Seigneur Jésus Christ.
L’abstinence de viande ou d’une autre nourriture tous les vendredis de carême.

Mgr René Combal
Chapelain
au sanctuaire Notre-Dame du Laus

Cet article a 1 commentaire

  1. Bien sûr le jeûne est pour les Chrétiens un passage avant les réjouissance des Fêtes de Pâque, ce n’est pas une punition, c’est nécessaire pour notre esprit et notre corps, et notre santé. Ne dit-on pas vivre dans un corps sain et un esprit sain. Offrons à Jésus un court moment de notre vie ce temps de carême avant la résurrection de notre Seigneur.

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu