Vivez le Carême 2014 avec Benoîte Rencurel – La première apparition au Vallon des Fours

Mgr René Combal, actuel chapelain et ancien recteur du sanctuaire Notre-Dame du Laus, nous propose de vivre le Carême en compagnie de la Vénérable Benoîte Rencurel.

Un jour une méditation, alors qu’approche le 350e anniversaire des premières apparitions et l’ouverture de l’année jubilaire le 1er mai 2014.

Ces méditations quotidiennes sont diffusées sur RCF Alpes-Provence (en semaine à 12h45 et 20h00, le samedi à 9h12, le dimanche à 9h00) et aussi présentées sur le site internet du sanctuaire Notre-Dame du Laus.

 

             Lundi 17 mars
    2e semaine de Carême

 

Nous restons cette semaine dans la lumière de la Transfiguration à travers les apparitions de Dame Marie à Benoîte.

La première apparition au Vallon des Fours

C’est le récit rajouté par l’ermite Aubin sur un cahier de Peytieu qui nous détaille cet événement. En voici le texte : « Le lendemain [de la montée à Saint-Maurice], Benoîte va dans le vallon où son souhait fut accompli… C’est au pied du bois de Saint-Etienne, où il y a du côté gauche en montant un petit antre vis-à-vis, où elle récite son chapelet en gardant ses moutons. Tout à coup elle voit une belle Dame sur la roche, qui tient un petit enfant par la main, d’une beauté singulière. « Belle Dame ! lui dit-elle, que faites-vous là-haut ? Venez-vous acheter du plâ­tre ?… (après ?) Voudriez-vous gouster avec moy : j’ai un peu de bon pain, nous le tremperions dans la fontaine ! ». La Dame sourit de sa simplicité, et ne lui dit mot. « Belle Dame ! vous plairait-il de nous donner cet enfant, qui nous réjouirait tant ». La Dame sourit encore sans répondre ».

Peytieu l’explicite ainsi : « Ce bel objet qui la surprit lui fait glisser tant de douceurs et de joye qu’elle n’en pouvait plus perdre l’idée. Il l’embrasa tellement de son amour, que la nuit lui était une année, et, le jour lui était trop court à la vue de cette Dame. »

Soulignons ici les deux expressions : « une belle damoiselle » et « ce bel objet » : nous retrouvons là deux termes dont usera Bernadette à Lourdes pour décrire ce qu’elle contemple. Toutes deux auront aussi la même attirance invincible pour retrouver cette vision. Peytieu note en effet : « Elle n’en revenait avec son troupeau qu’aux étoiles, et elle y retournait le matin — à moins que son maître l’en empeschât — aux étoiles. Cette faveur dura presque quatre mois sans qu’elle sent qui estait cette belle Dame ».

Gaillard rajoute une précision importante : « Elle est tellement charmée à cette vue que plusieurs fois au gros de la nuit, elle se lève en dormant, prend son troupeau, s’en va toute en chemise et à nus-pieds, le mène droit au lieu où elle voit la Dame. S’éveillant, se voyant en chemise, toute honteuse, qu’elle est s’en retourne avec son troupeau, le ramène à l’estable, se va coucher jusqu’au point du jour. Puis elle y retourne toujours plus empressée de voir la Dame. Elle n’a point de plus grand plaisir que d’être dans ce vallon, sans se soucier de boire et de manger ».

À la Transfiguration, les trois Apôtres, comme Benoîte, ressentent une grande joie et ne veulent plus repartir. « Pierre alors prit la Parole et dit à Jésus : Seigneur il est heureux que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, une pour Elie. »

Mgr René Combal
Chapelain
au sanctuaire Notre-Dame du Laus

Fermer le menu