Vivez le Carême 2015 avec des consacrés du diocèse de Gap et d’Embrun – Rosans

En cette année de la vie consacrée, et durant ce Carême 2015, des religieux, religieuses, moines, moniales présents sur le diocèse commentent la Parole de Dieu.

En ce 2e dimanche de Carême, Sœur Faustine Bevillard, de l’abbaye bénédictine Notre-Dame de Miséricorde à Rosans, commente les lectures liturgiques sous l’angle du charisme de la vie monastique. L’abbaye de Rosans est une fondation de l’abbaye de Jouques (13). La vie monastique a été inaugurée à Rosans en 1991 et le prieuré érigé en abbaye en 2002.

2e dimanche de Carême
Sœur Faustine Bevillard
Abbaye bénédictine Notre-Dame de Miséricorde à Rosans

L’évangile de la Transfiguration proposé pour ce deuxième dimanche de Carême (Mc 9 2-10) nous invite à nous laisser attirer par la lumière qui resplendit au sommet du mont Tabor. Cet épisode mystérieux où le Christ laisse entrevoir un moment, à trois de ses disciples, son corps éblouissant de lumière, soutient notre marche de carême, conforte notre espérance, et, pour nous consacrées, éclaire particulièrement le sens de notre vocation.

Cette scène se situe à un moment « charnière » de l’évangile : elle a lieu six jours après la première annonce de la Passion, qui avait fait réagir Pierre très vivement. Ensuite le Seigneur va prendre le chemin de Jérusalem pour y être crucifié. En manifestant à ses disciples sa gloire de Fils de Dieu attestée par la voix du Père, par la présence de l’Esprit Saint dans la nuée, et par les prophètes Moïse et Élie, il va les préparer à traverser sa mort et à comprendre que sa Croix nous donne accès à sa Résurrection. Cette perspective de la Passion est renforcée par les autres lectures où nous voyons, dans le sacrifice qu’Abraham est prêt à faire de son fils unique (Gen 22, 12), une image de l’amour infini du Père (Ro 8,31).

Que signifie pour nous cet épisode évangélique ? Aujourd’hui, avec les apôtres, chacun de nous est appelé par Jésus à le suivre, à prendre avec lui le chemin exigeant de la montagne, la route de l’effort et du détachement, à l’écart des vanités mondaines, pour nous laisser toucher, transfigurer par la grâce divine. En effet la Transfiguration ne révèle pas seulement le visage resplendissant du Christ, elle nous révèle aussi, dans toutes ses dimensions, notre visage d’homme. Ce visage peut être défiguré par le mal et le péché –nous en faisons l’expérience tous les jours –, mais il peut être transfiguré par le bien. Nous le constatons autour de nous : combien une existence de bonté, de droiture, de pureté, peut transformer un visage, comme si la proximité de Dieu rayonnait, comme en reflet, sur le visage de ceux qui s’approchent de lui et s’exposent à sa lumière.

Dans l’icône du Christ transfiguré, l’Église a saisi les traits essentiels de la vie consacrée qui s’origine dans le mystère trinitaire, clairement manifesté au Tabor. La tradition spirituelle relie la vie contemplative à la prière du Christ se retirant à l’écart, sur la montagne (Mc 9,2 ; Lc 6,12), mais à la fin de notre récit évangélique, les disciples, ne voyant plus que Jésus seulredescendent (Mc 9,9) avec lui dans la vallée : ainsi la vie religieuse sera également une « suite » du Christ dans sa mission auprès des hommes.

Ce n’est pas en raison de notre environnement de montagnes que l’évangile de la Transfiguration prend une résonance singulière en notre abbaye de Rosans, encore qu’il soit porteur ! Mais là, dans le silence et la prière qui rythment nos journées, au cœur de notre vie laborieuse et fraternelle, nous y percevons mieux les attentes, les appels et les besoins d’un monde qui nous presse de les faire parvenir, par les mains de Notre-Dame de Miséricorde, jusqu’à Dieu. La grâce de communion au Christ que nous vivons, non dans la nuée de l’extase mais dans la lumière − parfois obscure – de la foi, nous fait sentir qu’Il est vraiment le plus beau des enfants des hommes (Ps 44) et nous fait dire, avec l’épouse du Cantique : comme on a raison de t’aimer ! (Ct 1,4) !

Sœur Faustine Bevillard
Abbaye Notre-Dame de Miséricorde

Site internet de l’abbaye : www.abbayederosans.fr

Dimanche prochain, troisième dimanche de Carême, vidéo par Sœur Marie Jérémie, des bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre. Cette communauté est présente au sanctuaire Notre-Dame du Laus (05).

Fermer le menu