Au cours de ce Carême, divers membres de services diocésains s’expriment tour à tour, chaque semaine.

En ce cinquième dimanche de Carême, le responsable de la Maison Saint-Marcellin, nous parle de nos prêtres aînés.

Cinquième semaine de Carême
L.-M. Soubrier

En septembre dernier, j’arrivais à Gap pour prendre la responsabilité de la Maison Saint-Marcellin. Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit de la maison qui accueille les prêtres aînés du diocèse. Quelques jours plus tard, je tombais sur internet sur un article qui me faisait prendre conscience de la chance que j’avais d’être au service de prêtres aînés. Cet article en question reprenait une homélie prononcée par le pape François quelques jours auparavant. Ce qu’il disait alors m’intéressait : il évoquait les prêtres et les religieuses qui vivent en maison de retraite.

Il disait, je le cite : « Il me vient dans le cœur le souvenir de ces sanctuaires de sainteté que sont les maisons de retraite des prêtres et des sœurs : de bons prêtres, de bonnes religieuses, qui vieillissent, avec le poids de la solitude, dans l’attente que le Seigneur vienne frapper à la porte de leur cœur. Ce sont de véritables sanctuaires de sainteté que nous avons dans l’Église. Ne les oublions pas !”

En prononçant ces paroles, le pape François a rappelé la grandeur du don total ; non pas celui des missionnaires martyrs morts à l’autre bout du monde, aussi grand soit-il, mais celui des prêtres qui donnent leur vie ici, au quotidien, chez nous, dans nos paroisses et nos communautés, avec toujours une humilité débordante.

Tous les prêtres accueillis à la Maison Saint-Marcellin, à Gap, ont eu des vies enthousiasmantes, aussi différentes soient-elles. Il s’agit pour nous de témoignages de vies simples, paisibles et joyeuses, toutes tournées vers les autres. Aujourd’hui, comme tout un chacun, la vieillesse les rattrape. Comme pour toute personne âgée, il s’agit d’un dépouillement difficile, dur parfois… L’appréhension, l’angoisse, le doute font partie de cette étape de la vie. Mais, en les côtoyant chaque jour à la Maison Saint-Marcellin, je peux en témoigner : c’est dans le dépouillement de la vieillesse que ces prêtres se rapprochent toujours plus du Ciel, confiants dans la Bonté et la Miséricorde du Seigneur.

À la fin de cette homélie qu’il a prononcé à la Maison Sainte-Marthe au Vatican, le pape faisait cette prière : « Seigneur, garde ceux qui sont à ce moment du dépouillement final, pour qu’ils te disent encore une fois seulement : ‘Oui, Seigneur, je veux te suivre !’ »

Quel que soit notre âge, prêtres ou laïcs, hommes ou femmes, nous sommes appelés à ce dépouillement. Nos prêtres âgés nous montrent la route ! Ils nous montrent l’exemple ! Alors que ce carême soit pour nous aussi l’occasion de se dépouiller et de redire : « Oui, Seigneur, je veux te suivre ! ». Bon dépouillement et bon carême !

L.-M. Soubrier
Responsable de la Maison Saint-Marcellin

 

Cet article a 1 commentaire

  1. NEGRE VITALIS

    Toujours très attentive aux dires de MGR DI FALCO ET merci aux PRETRES pour leur prestation à VIVEMENT DIMANCHE toujours un émerveillement .

Les commentaires sont fermés.