Au cours de ce Carême, divers membres de services diocésains vont s’exprimer tour à tour, chaque semaine.

En ce premier dimanche de Carême, Sœur Béatrice Blazy, responsable du service diocésain de la cétéchèse et du catéchuménat, parle du Carême comme ultime étape avant le baptême. En ce dimanche a lieu “l’appel décisif” de ceux qui seront baptisés dans la nuit pascale.

Á noter ce dimanche l’appel décisif des catéchumènes en l’église Saint-Roch à Gap, à 11h00, par Mgr Jean-Michel di Falco Léandri.

Première semaine de Carême
Sœur Béatrice Blazy

Bonjour,

Le 9 mars prochain nous serons le premier dimanche de Carême de cette année 2014. Et à cette occasion, comme toutes les années et dans tous les diocèses, dans les églises et les cathédrales notamment, seront célébrés les appels décisifs. Ici à Gap ce sera à l’église Saint-Roch. Cet appel décisif concerne les catéchumènes de tous les diocèses. Et ici spécifiquement il y en aura sept, personnes adultes, qui cheminent vers le baptême. Cette étape catéchuménale a beaucoup de sens et elle est un point d’orgue dans l’itinéraire des personnes qui préparent leur devenir chrétien. Cette étape a un sens profond puisque par la médiation de l’Église on rappelle aux personnes que ce ne sont pas elles seulement qui choisissent le baptême, mais que Dieu est à l’origine de leur choix et de leur possibilité de devenir « chrétien ».

Et pourquoi le début du Carême ? Il est intéressant de voir qu’à l’origine de l’Église, ce temps du Carême était d’abord prévu comme un temps de préparation au baptême pour ces adultes. Et ce Carême des quarante jours était vu comme une étape, un temps ultime pour vraiment acquérir la foi de l’Église et se sentir plus forts dans cette foi qu’ils allaient recevoir à travers le baptême.

Donc pour nous les chrétiens d’aujourd’hui, ce sens du Carême rejaillit sur nous tous. Nous sommes tous invités à participer à cette entrée en Carême, pour justement que tous les chrétiens renouvellent avec force leur baptême à Pâques. Étant donné cette perspective de cette étape catéchuménale, on peut dire que tout est centré sur le mystère pascal, mais le mystère pascal en tant que tel n’aurait pas un sens tout à fait plein s’il n’y avait pas toutes ces étapes catéchuménales qui précèdent et qui font une sorte de gradualité pour monter jusqu’au sommet de la réception des sacrements de l’initiation chrétienne [baptême, confirmation, eucharistie. NdR].

Sœur Béatrice Blazy
Responsable du Service diocésain
de la catéchèse et du catéchuménat