Vivre le Carême 2014 avec le diocèse de Gap et d’Embrun

Au cours de ce Carême, divers membres de services diocésains s’expriment tour à tour, chaque semaine.

En ce deuxième dimanche de Carême, Fred Jory, responsable diocésain de la Pastorale des jeunes, s’adresse aux jeunes… et aussi à tous.

Deuxième semaine de Carême
Fred Jory

Bonjour,

Lorsque j’ai dit à ma fille de treize ans que le carême allait commencer, elle m’a dit : « Oh, la, la, on va devoir se priver de bonbons ! »

Je lui ai dit qu’avant de jeûner il faut avoir à l’esprit que le Royaume de Dieu n’est pas affaire de nourriture ni de boisson mais plutôt de joie et de paix.

Évidemment, comme la plupart des jeunes catéchisés, elle a entendu parler depuis le catéchisme des trois piliers du carême que sont Prière, Jeûne et Partage, pour s’ajuster à la volonté de Dieu. On lui a rabâché que le carême est un temps de pénitence et de conversion.

J’insisterai sur le fait qu’aujourd’hui le carême est un temps joyeux, propice à la conversion et à l’ouverture du cœur vers Dieu et vers les autres.

J’invite les jeunes à profiter de ce temps pour se libérer – car les quarante jour de carême sont une libération comme celle que le peuple hébreu a connu après quarante années d’exode –, se libérer du superflu, qu’il s’agisse de friandises, ou plus aliénant encore, des portables, tablettes, jeux vidéo et bavardages inutiles sur les réseaux sociaux. Le vide ainsi créé vous permettra par la prière régulière d’accueillir le Christ dans votre vie de manière plus intime, de prendre du temps pour les personnes qui vous entourent.

Si ce n’est pas le cas, je pense qu’il vaut mieux arrêter de jeûner.

La deuxième réflexion que je voudrais vous soumettre est tirée de l’évangile de dimanche prochain. Jésus dit à Pierre, Jacques et Jean, effrayés par la révélation de la réalité divine de Jésus à travers sa transfiguration : « Relevez-vous et n’ayez pas peur ! »

Vous les jeunes, qui n’êtes pas seulement l’avenir de l’Église mais bien le présent, n’ayez pas peur :

– de redécouvrir les richesses de la vie chrétienne notamment à travers les sacrements de l’eucharistie et de réconciliation ;

– de servir et d’évangéliser : Servir, « c’est laisser sa vie s’identifier à celle de Jésus, c’est avoir ses sentiments, ses pensées, ses actions. Et la vie de Jésus est une vie pour les autres. » « Évangéliser, c’est témoigner en premier de l’amour de Dieu, c’est dépasser nos égoïsmes, c’est servir en nous inclinant pour laver les pieds de nos frères comme a fait Jésus… Allez, sans peur, pour servir », nous dit le Pape François.

Chers jeunes, je vous souhaite une montée vers Pâques libre et joyeuse !

Fred Jory
Responsable diocésain
de la Pastorale des jeunes

 

Fermer le menu