Vivre Noël avec des prêtres du diocèse de Gap et d’Embrun

Durant l’Avent, quatre prêtres du diocèse nous ont préparés à Noël dans “Vivre l’Avent avec des prêtres du diocèse de Gap et d’Embrun”. Et voici enfin Noël, le jour où “un bébé touchant se laisse toucher, l’Intouchable se laisse toucher, Dieu se laisse toucher. Il vient pour toucher nos cœurs. Quelle bonne Nouvelle !” nous dit le père Ludovic Frère, vicaire général.

Noël
Père Ludovic Frère

« Comme il est touchant, ce petit ! »
C’est souvent ce que l’on dit d’un bébé, avant même de chercher
s’il a le nez de sa mère ou les oreilles de son grand-père…
« Comme il est touchant ! »
Touchant au point qu’on a envie de “le croquer”, ce nouveau-né.
Et même le cœur le plus dur est désarmé
devant la beauté d’un petit enfant… il est tellement touchant !

C’est aujourd’hui Noël :
nous célébrons Dieu qui se fait petit enfant.
Un Dieu à croquer, un Dieu si touchant qu’on voudrait
le couvrir de baisers et le prendre dans nos bras !
Oui, comme il est touchant, notre Seigneur !

Et de « touchant », il se laisse « toucher » :
il n’est pas un Dieu impersonnel, sorte de force cosmique.
Il n’est même plus ce Dieu inaccessible,
dont on ne pouvait prononcer le Nom.
La splendide tradition hébraïque concevait le Seigneur si grand,
que lui donner un nom, c’était déjà risquer de Le réduire !

Mais aujourd’hui, « grande nouvelle, grande joie pour tous les peuples », chantent les anges.
Oui, grande joie car l’intouchable se laisse toucher !
Marie, Joseph, les bergers le prennent dans leurs bras.
Dieu se laisse toucher… quelle bonne Nouvelle !

Noël, c’est vraiment ce moment
de grand apaisement et de joie profonde,
car Dieu est là, tout près de nous, avec nous,
touchable et touchant.
Touchant et touchable, il vient nous toucher !
Et dans l’Évangile, on verra souvent Jésus toucher
des malades, des paralysés, des exclus, des désespérés.
En les touchant, c’est comme s’il rallumait en eux
la flamme de la vie !

Alors, comment pourrions-nous célébrer Noël aujourd’hui,
et dans les jours, les mois, l’année qui va suivre,
sans toucher avec le Christ ?
Toucher toutes les souffrances du monde, pour apaiser et consoler.
Toucher toutes les situations de vie, non pas pour juger,
mais pour aider à ce que chacun donne le meilleur de  lui-même,
en communion avec les autres.
Toucher tous ceux qui se trouvent seuls en ce jour,
peut-être là, juste à côté de chez vous !

Ce jour de fête est un jour pour se laisser toucher par le Christ
et pour toucher au nom du Christ :
dans l’étable de Bethléem, nous contemplons
Dieu qui se laisse embrasser ;
qui bientôt en grandissant embrassera à son tour ;
et qui désormais – aujourd’hui – se sert de nos mains, de nos bras
pour étreindre les autres.
Redécouvrir cette grande nouvelle, si « touchante »
c’est forcément vivre un… JOYEUX NOËL !

Père Ludovic Frère
Vicaire général
Diocèse de Gap et d’Embrun

Cet article a 2 commentaires

  1. Mas

    J’aime bien la vraie tendresse en Jésus qui émane de ce beau texte.
    Jésus enfant, Jésus qui vient pour nous, Jésus qui est là près de nous : une réelle bouffée d’oxygène dont nous avons bien besoin. Merci !

  2. grand pierre

    Vraiment touchant, Père, avec un grand et vrai merci de tout mon coeur.

Les commentaires sont fermés.