Le 11 janvier, Mgr Xavier Malle a réuni les prêtres, diacres, consacrés, salariés et bénévoles du diocèse pour bien commencer l’année. Après une intervention où il est revenu sur les dix-huit premiers mois de son épiscopat et où il a décrit les actions qu’il compte mener cette année, il s’est volontiers prêté au jeu des questions-réponses.

Voici le texte de son discours, que vous pouvez aussi retrouver en enregistrement audio :

Après la messe à Saint-André-les-Cordeliers, l’après-midi s’est achevée sur le partage de galettes.

Homélie de Mgr Xavier Malle à l’occasion des vœux diocésains

« Jésus était dans une ville quand survint un homme couvert de lèpre ». Saint Luc nous le fait presque voir. Pour les temps bibliques, la lèpre était toute maladie de la peau contagieuse, qui imposait que le malade soit tenu à l’écart de la communauté.

Voyant Jésus, il tomba face contre terre et le supplia : « Seigneur, si tu le veux, tu peux me purifier. » Il ose s’approcher au lieu de s’écarter, et il se prosterne posant un acte de foi et d’espérance remarquable : « si tu le veux, tu peux ».

« Jésus étendit la main et le toucha », enfreignant ainsi la loi de Moïse qui interdisait tout contact, sachant bien qu’il ne serait pas atteint mais au contraire qu’il transmettrait sa pureté au lépreux. « Je le veux, sois purifié. » Parole simple, reprenant les mots du lépreux, parole créatrice : « À l’instant même, la lèpre le quitta. »

Mais la guérison ne suffisait pas, il fallait une purification rituelle, pour une réunification avec la communauté, et Jésus renvoie l’ancien lépreux se montrer au prêtre. Cette purification comportait, nous disent les spécialistes, un sacrifice, se plonger dans l’eau vive et la délivrance d’un oiseau. Quel admirable et chantant symbole.

Quelle est ma lèpre, dont au début de cette année je voudrais que Jésus me libère ? Quelle lèpre contredit la parole de saint Jean dans sa première lettre : « Celui qui a le Fils possède la vie » ?

Quel oiseau en moi je voudrais libérer ?

« Pour que vous sachiez, poursuit saint Jean, que vous avez la vie éternelle, vous qui mettez votre foi dans le nom du Fils de Dieu. » Oui, « Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils. »

Amen.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here